• Facebook - Grey Circle

Un peu d'histoire...

Traversé par la rivière Ulverton, tributaire gauche du Saint-François, le territoire de cette municipalité de la MRC du Val-Saint-François  prend place au sud-est de L'Avenir,  au nord-est de Durham-Sud et à quelque 10 km de Richmond. On peut fixer au début du XIXe siècle l'arrivée des premiers colons en provenance de Frelighsburg (New York).

 

À cette époque, on avait conçu le projet de dénommer l'endroit Reedville, du nom de Webber Reed, l'un des premiers colons, qui s'opposa à cette proposition. Ce dernier avait installé une boule rouge sur sa propriété, pour servir de point de repère aux gens qui se croyaient en territoire américain et qui, fréquemment, passaient la nuit chez lui. Pour cette raison, les lieux étaient dénommés La Boule. Il revient au secrétaire-trésorier de Durham, Edmond Thomas Paterson, d'avoir baptisé cet endroit Ulverton, nom formé sur Tilverton, petit village d'Irlande qui l'avait vu naître, et qu'il avait suggéré. On relève aussi un lieu dénommé Ulverston dans le Lancashire anglais, appellation figurant sous la forme de Veureston dans le Domesday Book (1086), siège d'une seigneurie devenue propriété d'Étienne de Boulogne au début du XIIe siècle. Sur le plan municipal, la municipalité de Durham était créée en 1845 et son territoire englobait le township de Durham, d'où son nom qui rappelle un gouverneur du Canada, lord Durham (1792-1840). Abolie en 1847, elle sera rétablie en 1855 et prendra son nom actuel en 1944. Le bureau de poste local a reflété également cette succession dénominative, car il portait la dénomination de Durham entre 1836 et 1862 et celle d'Ulverton de 1862 à 1954.

 

Le fait que les citoyens d'Ulverton diposent d'un double gentilé, Ulvertoniens en français et Ulvertonians en anglais, témoigne de l'importance que les autorités municipales locales, qui ont consacré ces deux formes en 1984, accordent aux deux communautés qui composent la population. En 1999, la municipalité d'Ulverton a été détachée de la MRC de Drummond; elle s'est alors jointe à celle du Val-Saint-François.

Source: Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.